Le nombre de prêts logements souscrits, et le nombre de demandes de financements immobiliers n’ont pas du tout augmentés, et ce, même en présence de taux d’intérêts excessivement bas.

Pourtant, investir dans l’immobilier est de plus en plus opportun quand on sait que depuis une dizaine de mois, les taux d’intérêts ne cessent de baisser, jusqu’à atteindre un niveau plancher encore jamais  atteint.

Fin de l’année passée, les taux fixes pratiqués pouvaient descendre en dessous des 3,25%. De cette façon, les banques espèrent enrayer le déclin du marché immobilier.

Cependant, il semblerait que ces mesures ne suffisent pas à booster la demande de crédits logements, et à sortir le marché du crédit immobilier de cette stagnation.

De plus, même si les taux d’intérêts proposés sont très encourageants, les crédits hyppthécaires octroyés sont en nette diminution comparé aux années précédentes.